Accueil
 
En Irlande PDF Imprimer Envoyer
Écrit par thierry   
Mercredi, 24 Juillet 2013 00:00

Côtes d'Irlande



Je tarde à partir car tout est gris mais comme le temps est beau sur l’Irlande, je décolle en début d’après midi. Les trouées de ciel bleu se font plus nombreuses et je monte au dessus de nuages pour traverser la mer. Les nuages fondent peu à peu et le soleil s’impose au dessus des vertes campagnes irlandaises. J’atterris à Abbeyshrule où je suis invité par Patraig, président de l’association des ULM irlandais. Il me donne toutes les infos et contacts nécessaires au cours de la soirée.

 

Exploitation de la tourbe en Irlande



Le lendemain, le ciel est couvert et j’attends le début d’après midi pour décoller pour le nord encore un peu ensoleillé. Je dois slalomer entre de petites montagnes arrondies recouvertes de landes et aux sommets parfois dans les nuages pour gagner Letterkenny tout au nord. Mac m’y reçoit. Le soir nous allons faire un tour avec son ULM et il me montre les plages et baies du nord parfois incendiées par un rayon de soleil qui perce. Le lendemain, la météo semble bonne sur l’Irlande du nord. Je dépose donc un plan de vol y passant et je pars avec un pique-nique copieux préparé par Germaine la femme de Mac. J’effectue un agréable survol de toute la côte d’Irlande du nord ensoleillée. Les gens piquent-niquent sur les plages où ils sont descendus tous avec leur voiture.

Le chemin d'une île en Irlande



C’est en redescendant vers le sud que les nuages bas reviennent. Impossible de passer au dessus car il y a une deuxième couche ! Je rentre vers l’intérieur pour reprendre la direction de la cote beaucoup plus bas. Si je n’avais pas eu à faire une déclaration d’arrivée 24 h à l’avance pour les autorités policières anglaises, j’aurai changé d’aéroport d’arrivée. Cette disposition contraignante ne va pas dans le sens de la sécurité. Arrivé près de la côte, les nappes de brouillards sont trop nombreuses pour pouvoir traverser en restant en vol à vue et j’effectue sagement un demi tour pour revenir à la dernière piste survolée, celle d’une piste de ferme perdue dans les campagnes ( Hacketstown ) où je suis bien accueilli.

Montagnes d'Irlande


Le lendemain, je traverse le détroit dans une brume où la visibilité avoisine peut-être 10 km mais comme tout est blanchâtre de tous les cotés et que rien ne permet d’accrocher le regard, je préfère regarder mes instruments pour garder le cap ! J’arrive enfin au pays de Galles puis regagne Telford et atterris à la superbe piste de Sherlowe où Bob le propriétaire m’accueille.

Mise à jour le Jeudi, 25 Juillet 2013 09:30
 
Jusqu’en Cornouailles PDF Imprimer Envoyer
Écrit par thierry   
Lundi, 22 Juillet 2013 00:00

Ruine d'un camp romain et mur d'Adrien



Ma fille Tarah me rejoint pour quelques jours. Après une courte nuit, nous décollons pur le sud, survolons le mur d’Adrien construit par les romains pour marquer la frontière nord de leur empire. C’est la grande muraille d’Angleterre, beaucoup plus modeste de celle de Chine. Nous rejoignons ensuite la coté et passons la nuit à la sympathique base de parachutistes de Cark.



 

L'île de Lundy



Le lendemain, grosse journée de vol qui commence par le survol de la baie de Liverpool. Puis nous descendons le pays de Galles entre la côte et les montagnes, traversons la baie de Bristol pour gagner l’ile de Lundy par la cote nord de la Cornouaille. Il fait beau mais une brume blanchit les paysages. Nous ne voyons apparaitre l’ile que peu de temps avant d’atterrir sur une piste qui s’avère être plus un champ chaotique. Lundy est longue de quelques kilomètres, entourée de falaises qui sont écroulées à certains endroits créant des descentes vers la mer, laissant apparaitre de petites criques parfois sableuses. I’ile est devenue touristique l’été car elle a un charme fou : Ruines, vieilles maisons de pierres, vieux phare, château du moyen âge … Un hameau avec un pub restaurant , des gites loués, même dans le phare.

Côte de Cornouailles



Nous mettons la tente sous les ailes de l’ULM. A la nuit des daims viennent brouter non loin. Quel bonheur d’être ici au calme, en pleine nature entouré des flots sur cette minuscule ile. Le matin, nous partons pour une grande promenade sur les sentiers dans la bruyère, les prairies herbeuses. Quantité d’animaux vivent ici en semi liberté : des chèvres, des chevaux, bovidés aux grandes cornes et longs poils, moutons, daims. Des ruines sont disséminées ça et là , offrant de magnifiques points de vue de tous les cotés de l’ile.

Piscine de Plymouth




Nous en décollons ravis pour regagner la Cornouaille dont nous effectuons le tour de la pointe sous un soleil voilé de légère brume comme la veille. Etape à Perramporth où un pilote nous invite à son camping proche. Le lendemain nous longeons la côte sud de la Cornouaille survolant Plymouth puis remontons sur Telford dans mon ex belle famille où je laisse ma fille qui veut souffler après 4 jours de vol où elle était parfois malade.

Mise à jour le Mardi, 23 Juillet 2013 11:06
 
En Ecosse PDF Imprimer Envoyer
Écrit par thierry   
Lundi, 15 Juillet 2013 00:00

Epave aux îles Orcades



Une trouée de ciel bleu et je monte au dessus de la couche cap sur l’Ecosse. Je vole à près de 3000 mètres dans une brumasse mais bientôt la couche de nuages se dissipe sous moi et je vois les iles Orcades. Je demande au contrôleur à descendre à 800 mètres pour pouvoir prendre des photos en limitant le voile blanchâtre. Je me pose pour pique-niquer sur la petite piste en herbe de l’ilot Lamb Holm. Dans la mer, 2 épaves de bateaux de la première guerre mondiale, la baie est un haut lieu de la plongée sur épaves. Je redécolle ensuite pour gagner la cote écossaise que je longe jusqu’à la piste en herbe de Knockbain farm où j’ai téléphoné avant de venir.

Vieux grément vers Glenforsa



David et Denise sont adorables, ils arrivent et organisent un barbecue sur place. Quel plaisir au soleil d’écosse, il fait 20 ° … c’est si rare ! Excellente nuit, invités dans leur maison aménagée avec beaucoup de gout, où ils ont une aile chambres d’hôtes www.knockbainhouse.co.uk . Le lendemain, je vole au dessus des montagnes pelées et vallées sauvages de l’Ecosse du nord puis redescend sur le loch Ness, ce lac tout en longueur remplissant une entaille de géant traversant l’Ecosse d’Est en Ouest. Je me pose à la superbe piste de Glenforsa puis vole à basse hauteur au dessus des vertes campagnes, lagunes et cote rocheuses Plockton où je rejoins le groupe de pilotes d’Air Flash qui effectue un raid de 2 semaines : 9 autogyres et 2 trois axes, 21 personnes avec camionnettes d’accompagnement cuisine ...

Au nord de l'Ecosse



Sympathique soirée et bonne ambiance sont au rendez-vous alors le lendemain, je reste avec eux. Je passe la journée à travailler et effectue un vol local au dessus de l’ile de Skye, sauvage à souhait mais dans la grisaille. Elle augmente le lendemain et le vent forcit. Je pars vers le sud en allant vers les taches de soleil, joue avec les fortes ascendances sur les pentes des montagnes des hautes terres écossaises pour monter. J’atterris à la ferme de Thornhill et suis accueilli par un couple de pilotes. Apprenant qu’il est possible de passer au dessus du centre ville de Glasgow, nous téléphonons à la tour et mon transit est autorisé avec un suivi radar.

Glasgow




Je décolle, les contacte me reporte au pont à l’entrée de la ville puis traverse la finale de l’atterrissage de l’aéroport après deux avions de ligne, survole le centre ville et gagne la petite piste de Strathaven www.facebook.com/StrathavenAirfield où je suis encore accueilli de manière très sympathique par le propriétaire Colin. Diner et nuit dans le bâtiment du club. Le lendemain mauvaise météo sans soleil, je travaille en étudiant plusieurs itinéraires possible suivant l’ensoleillement.

Mise à jour le Jeudi, 18 Juillet 2013 13:06
 
Jusqu’aux Shetlands PDF Imprimer Envoyer
Écrit par thierry   
Jeudi, 11 Juillet 2013 00:00

Aéroport de Lerwick aux Shetland




Je termine les formalités compliquées de départ d’Islande et d’arrivée en Ecosse. 3 demandes par internet pour l’écosse : PPR Immigration Douanes, Demande de sortie d’Islande au terrain d’Hopn , plan de vol, météo … pas évident d’avoir les bonnes infos et savoir où et comment faire des demandes. Quand je vais dormir à 1 h du matin, aucune réponse n’est arrivée mais du mauvais temps étant annoncé, je dois partir alors j’ai aussi envoyé un plan de vol pour un vol direct qui sera accepté. 6 h30 Hafberg me dépose à la piste ULM et je décolle.


Ma radio fonctionne à nouveau par intermittence et ils n’ont pas eu mon plan de vol tant pis. Il fait grand beau et les status matinaux se dissipent. Je vole haut au dessus de l’Islande que je contemple dans son ensemble, splendide. Au sud une couche de status arrive à la cote. Je tente en vain de passer en dessous et remonte au dessus du glacier Vatnajokull. A Hopn, le controleur me guide sous les status à 200 pieds et je suis une ligne de strobes placés dans les champs jusqu’au terrain. Quel équipement ! Il a reçu mon autorisation de départ de son terrain, donc tout va bien. La météo est acceptable : couche nuageuse basse presque tout le chemin, grand bleu sur les Féroé, nuages avec trouées sur les Schetlands.

Les îles Féroé



Je décolle tout plein fait, vole 6 h 12 au dessus d’une mer de nuages avec une grande trouée autour des iles Féroé, superbes avec leurs falaises, landes vertes sans arbres, villes , villages et ports. Arrivé au dessus des Schetland, il y a effectivement des trouées dans les nuages pour descendre. Je commence à piquer vers une et le moteur ratatouille et s’arrête …. Silence, le vent siffle dans les haubans. Je suis au dessus des nuages mais dans la trouée devant moi, les vertes pairies des Schetlands, pas de stress. Si c’est de la glace qui a obstrué les carbus, avec la résistance électrique qui chauffe les carbus, cela va la faire fondre et le moteur va redémarrer. Après une longue minute effectivement le moteur redémarre et j’atterris à Lerwick.

Vieille ferme des Shetlands






Accueil très sympathique de l’immigration et du responsable du petit terrain prévenus par les services radars qui suivaient ma trace. Un pilote d’ULM vient me saluer et m’amène faire le tour de la ville. Lendemain aucune bonne visibilité pour faire des photos en continuant vers le sud. En milieu de journée, je profite d’une belle trouée de Soleil pour faire un vol local et faire le plein de photos et vidéo au dessus de centre l’archipel. Bouillard et pluie fine envahissent ensuite toute l’ile jusqu’au soir..

Mise à jour le Jeudi, 18 Juillet 2013 13:04
 
Avec le club ULM islandais PDF Imprimer Envoyer
Écrit par thierry   
Lundi, 08 Juillet 2013 00:00

Joli cône volcanique






La météo est bonne nous partons en vol après un court sommeil survoler à nouveau les volcans du centre sud du pays puis après un pique nique sur une piste de terre volcanique noire au pied d’un énorme volcan glacier, nous gagnons les iles vestman. Gudmundur pilote ULM nous attend et nous emmène faire le tour de l’ile principale. Elle est verdoyante sauf son cône volcanique qui a détruit en partie la petite ville il y a 40 ans. Dans la mer, il nous montre l’Ile volcan apparue dans les années 60.






En vol avec le club ulm islandais




Retour à Reykjavik et départ le lendemain avec 12 autres ULM. Le premier jour, nous faisons le tour de la péninsule Snaefellsnes. Le deuxième nous allons pique niquer à Husafell, après un bain dans la piscine géothermale. Nous partons ensuite vers le sud au travers de magnifiques décors volcaniques avec glaciers et lacs turquoises. Nous nous posons très souvent sur de petites pistes un peu partout, volons même en formation. Trois ULM atterrissent sur la route à une station essence pour faire le plein.

Lac Turquoise alimenté par le glacier proche





Nous regagnons ensuite la capitale en contournant de gros nuages de pluie. Les deux jours suivants pluie et vent fort avec rafales à 65 km/heure. Travail de reportage et conférence aux pilotes islandais. Je dois résoudre aussi un problème avec ma radio ULM qui fonctionne par intermittence.

Au dessus de coulées de lave dans la région de Reykjavik






Dimanche vol local dans une accalmie de quelques heures, révision ULM et piscine jaccuzzi sauna dans une des nombreuses piscines de la capitale très fréquentée par les islandais. Mon fils rentre en France ce soir et mardi si la météo se confirme bonne, je traverse la mer à nouveau, cap sur l’Ecosse.

Mise à jour le Lundi, 08 Juillet 2013 12:46
 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 2 sur 22

Les autres sites de Thierry

Association Plumair Vision'Air
Sourire-Espoir Thierry Barbier Reportages